L’association Tisseurs de Mots anime des ateliers d’écriture en Auvergne - Haute Loire, Cantal et Puy de Dôme. Cheminer dans l’écriture avec les ateliers d’écriture animés par Igor Chirat.

EDITO

Entre patience et résistance

22 septembre, par Tisseurs
La patience
Tout commence et tout finit toujours par la patience dans l’écriture d’un livre. En amont, il faut laisser le livre infuser en soi, c’est la phase de maturation, les premières images qui viennent, les personnages qui s’esquissent. (...) Cette phase de préparation poussée à l’extrême, le danger serait de ne jamais commencer le roman. (...) Car, s’il est essentiel de retenir longtemps un texte, il est quand même indispensable de le lâcher un jour. En aval, dès qu’une page est terminée, on l’imprime et on la relit, on l’amende, on la rature, on trace des flèches à travers le texte, on corrige, on ajoute quelques phrases à la main, on vérifie un mot, on reformule une tournure. Puis on réimprime la page et on recommence, on recorrige, on vérifie encore, puis on réimprime et on relit et ainsi de suite, à l’infini, traquant les fautes et débusquant les scories, jusqu’à l’ultime échenillage des épreuves.
Jean Philippe Toussaint : L’urgence et la patience, éditions de Minuit, collection double, pages 28-29

On avait compris que la réforme et l’élargissement des Communautés de Communes et des Régions allaient modifier notre action en direction de la lecture et de l’écriture. Nous n’avions pas imaginé que cela allait balayer l’essentiel de ce que nous avions patiemment construit ces dernières années : disparition de plusieurs ateliers d’écriture réguliers en milieu rural, évaporation des financements pour le Festivalet des ateliers d’écriture.
Nous ne sommes pas naïfs, nous savons que ce n’est que le prolongement d’actions engagées depuis plusieurs années qui fragilisent les acteurs et les professionnels de la culture et de la création artistique. Nous avions même été relativement protégés jusqu’à présent.
Il n’empêche.
Il n’empêche que cela fait mal. Cela fait mal pour les ils et les elles que nous laissons au bord du chemin, ces habitants des déserts culturels que l’on s’applique à désertifier encore davantage.
Il n’empêche que c’est particulièrement inquiétant pour l’avenir que nous sommes en train de fabriquer.
Pour l’équipe des Tisseurs de Mots, l’heure est aux questionnements : accepter ou résister. Nous refusons de nous laisser écraser et choisissons de résister même si nos expériences passées nous ont démontré combien la résistance est une posture qui conduit à l’usure et aux désillusions. Il ne s’agit donc pas de faire face mais de contourner et de chercher des moyens autres de faire vivre les ateliers de pratique de la lecture et de l’écriture.
Nous aurons sans doute besoin de soutien - et pas uniquement de soutien financier - pour continuer.

Viens chez moi, j’écris chez ma voisine !

Ça commence par un atelier gratuit chez un-e adhérent-e de l’association. C’est l’occasion de faire découvrir l’écriture en atelier, dans un espace chaleureux et convivial, à des personnes qui n’oseraient pas forcément pousser la porte d’une médiathèque ou d’un centre culturel.
Ça pourrait se prolonger et devenir un rendez-vous régulier, un cycle d’ateliers d’écriture spontané, espace de création ouvert à tous-tes.

"Viens chez moi, j’écris chez ma voisine" démarre sur le Pays de Saugues, de Langeac et du Puy en Velay. Il est possible de rejoindre le groupe en train de se constituer.
Pour obtenir des informations complémentaires : tisseursdemots@hotmail.fr

Écrire en dehors des sentiers battus, questionner l’écriture en atelier

A la rue
En octobre, deux associations organisent des journées de réflexion et d’animation autour l’écriture en atelier.
Les 7 et 8 octobre, l’association Ecrits organise une journée professionnelle : "Ecriture du corps et corps en écriture" ainsi que "A la rue, déambulation sauvage d’écriture dans les rues de Clermont Ferrand".
Tisseurs de Mots est partenaire de cette manifestation.
Vous retrouvez le détail de ces actions et la fiche d’inscription à la journée professionnelle ici.

10e rencontres des ateliers d’écriture
Du 20 au 23 octobre, à Échirolles, le GFEN de l’Isère organise les 10e rencontres des ateliers d’écriture. Au programme, des ateliers d’écriture mais aussi des tables rondes et des interventions pour présenter les actions portées par d’autres porteurs de projets autour de la pratique de l’écriture en atelier.
Tisseurs de Mots est partenaire de cette manifestation.
Le programme et les modalités d’inscription sont ici.

Festivalet 2017

L’équipe des Tisseurs s’est déjà attelée à la préparation de l’édition 2017 du Festivalet des ateliers d’écriture.
Cette nouvelle édition se déroulera à Blesle (43), du 9 au 11 juin 2017, autour du thème "Lisière".
D’ores et déjà, vous pouvez griser ces dates sur votre agenda, les inscriptions commenceront au début de l’année 2017.

Les livrets du festivalet 2016
Pour garder traces de notre édition 2016, les Tisseurs de Mots ont assemblé les pages écrites par quelques unes des animatrices, ont plié les mots et cousu la reliure colorée au papier blanc. Il nous reste des exemplaires de chacun de ces livrets, qu’il est donc possible de nous commander.

Vous retrouverez quelques détails de chaque livrets par leur auteur :


Les ateliers d’écriture réguliers, il est toujours possible de nous rejoindre...

Tisseurs de Mots propose des rendez-vous réguliers pour explorer la langue. Tous les groupes sont ouverts et les séances sont indépendantes les unes des autres.
Vous trouvez ci-dessous de fiches de présentation de ces différents ateliers.
Nous pouvons répondre à vos éventuelles questions / contact mail : tisseursdemots@hotmail.fr.

- Atelier d’écriture à St Germain Lembron
- les jeudis de l’écriture à Brioude
- les Cafés jeux d’écriture à la CLef à Brioude
- Atelier d’écriture au Puy en Velay
- Atelier d’écriture continuée - cycle janvier - avril 2017


Retrouvez nous sur Facebook
et contactez nous sur tisseursdemots@hotmail.fr

Derniers articles

  • Anne-marie Garat : La Source

    19 novembre, par Marie Bayssat

    Les romans d’Anne-Marie Garat agissent sur le lecteur comme un envoûtement. La source nous entraine dans une fabuleuse saga historique, presque un siècle entre l’histoire singulière de Lottie, personnage hors du commun liée par le destin à la famille Ardenne autrefois influente, l’histoire du bourg, des habitants et des membres de cette famille. C’est aussi l’histoire de la narratrice venue dans ce village à priori par hasard organiser pour ses étudiants en sociologie des travaux à partir des archives de la mairie. Elle se trouve devoir loger chez Lottie, nonagénaire solitaire habituellement avare en paroles qui lui livre des confidences captivantes tout en prévenant qu’il ne faut surtout pas la croire sur parole. Secret, mensonge, trahison nous conduisent à l’ombre de la Grande Histoire aux quatre coins du monde en particulier dans le Grand Nord canadien. Anne-Marie Garat dans une langue rare, ronde, généreuse faite de grandes phrases enveloppantes nous livre une magistrale réflexion sur la narration, la transmission des histoires, les légendes qui s’installent, leur transformation par ceux qui les racontent et ceux qui les écoutent. Elle nous éblouit de couleurs, de sons, d’odeur, d’émotions. si vous êtes charmés par ce roman foisonnant, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture par la trilogie : Dans la main du diable, L’enfant des ténèbres, Pense à demain.

  • Paola Pigani : Venus d’ailleurs

    23 septembre, par Rolande Reveyrand

    Dans de brefs chapitres, Paola Pigani dépeint avec délicatesse chaque nuance de l’exil. En filigrane, la beauté de la ville, le hasard des rencontres, le goût amer de la nostalgie. Au printemps 1999, Mirko et sa sœur Simona, des Albanais du Kosovo d’une vingtaine d’années, ont fui leur pays déchiré par la guerre. La route de l’exil les a menés quelque temps en Italie, puis dans un centre de transit en Haute-Loire. En 2001 ils décident de tenter leur chance à Lyon. Paola Pigani a grandi en Charente dans une famille d’immigrés italiens. Elle vit aujourd’hui à Lyon où elle partage son temps entre son travail d’éducatrice et l’écriture. Après N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (Liana Levi 2013, Piccolo 2014), un premier roman très remarqué, récompensé par sept prix littéraires, retraçant l’internement d’une famille manouche au camp des Alliers entre 1940 et 1946, Venus d’ailleurs est son deuxième roman.

  • 10 ème rencontres des ateliers d’écriture

    22 septembre, par Tisseurs

    Du 20 au 23 octobre, le GFEN de l’Isère organise les 10e rencontres des ateliers d’écriture à Echirolles. Des journées de réflexions et d’échanges autour de la place de l’atelier d’écriture dans la société et des énergies en région Auvergne Rhône Alpes pour porter et faire vivre cette pratique de l’écriture en atelier. Tisseurs de Mots est partenaire de ces rencontres.

  • Rencontre Professionnelle et A la rue

    22 septembre, par Tisseurs

    En octobre, l’association Ecrits organise deux journées autour des ateliers d’écriture : une journée professionnelle pour questionner la place des ateliers d’écriture dans la cité et une journée d’ateliers d’écriture dans les rues de Clermont Ferrand. Tisseurs de Mots est partenaire de cette action.

  • Arnaud Cathrine : Pas exactement l’amour

    22 septembre, par Bernadette Perfetti

    Ce n’est pas l’amour. Pas encore. Ou presque trop. Ou plus tout à fait. Pourtant tous les personnages de ce livre se croient amoureux. Alors quoi ? Leurs histoires d’amour ne seraient-elles que des tentatives d’amour ? Passant de l’humour à la gravité, de la confidence à l’outrage, de la pudeur à la sensualité résolue, Arnaud Cathrine revisite, au fil des 10 nouvelles, un motif universel, fluctuant, insaisissable. (4e de couverture)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...