Journée d’écriture à Sigonces, les 30 et 31 mars 2019

Comme les hommes, les pays sont une noblesse que l’on ne peut connaître que par l’approche et la fréquentation amicale. Et puis il n’y a pas de plus puissant outil d’approche et de fréquentation que la marche à pied. Jean Giono
Photo : Le panorama de Lurs - entre le Luberon et le Contadour, blog laurettealbrand.fr
Photo : Le panorama de Lurs - entre le Luberon et le Contadour, blog laurettealbrand.fr
l’architecture, les fermes, les bergeries et le pastoralisme chers à Giono.

Ne pas chercher à bien écrire, à bien s’exprimer, ne pas chercher à être plus fort que le langage et les mots que nous portons tous de façon obscure et muette depuis le commencement. C’est une façon d’accueillir le vide et le silence qui permet peu à peu de se libérer du verdict de l’inexprimable. Le tâtonnement, l’obscur, le difficile, loin d’être des inhabiletés où des manques de maîtrise nous aident déjà à nous situer dans un rapport plus juste avec ce que nous pressentons.

Un autre point qui me paraît important c’est d’être attentif à l’état vécu et corporel, dans lequel nous sommes lorsque nous tentons de nous frayer un passage à travers les phrases. Car il est plus difficile d’entrer dans le lieu où nous sommes créateur, de rétablir les ondes et le contact, leur trait vibratoire, que de se demander ce qu’on a à dire. Quand la sensation et les mots qui nous animent au dedans sont touchés justes alors le silence parle et place mystérieusement les résonances au bon endroit.

P. Laupin, extraits
Atelier d'écriture Patrick LAUPIN-compressed -  PDF - 187.5 ko
Atelier d’écriture Patrick LAUPIN-compressed

Retrouvez ici tous les éléments pour vous inscrire…

Documents à télécharger