Chroniqueur dans la revue Décharge, Mathias Lair porte un regard parfois amusé, parfois moqueur, parfois sérieux sur la poésie et ceux qui l’écrivent.

« Il y a longtemps, j’ai découvert devant les images d’un livre de géologie que les pierres montaient des profondeurs de la terre, jusqu’à ce que le vent, la pluie, une main, un jour ou l’autre, s’en emparent. Il en va de même pour les notes de notre vie quotidienne, celles dont on voudrait faire des pierres écrites, notes de passant, notes de spectateur, de lecture, d’écriture, croquis, ricochets de conversation… Elles viennent toujours de plus loin qu’on ne croit. » Hédi Kaddour.

Ateliers d’écriture. J’en ai animé. Très petits groupes ou classes entières. Des écritures de grands ou d’enfants. Chaque fois une surprise, au moins une. Chaque fois convaincue de l’intérêt de ce jeu. Mais il y a toujours eu la question suivante « Est ce un outil pour faire psychologie ou un entrainement pour faire littérature ? »

Fruit d’une trentaine d’années de pratique des ateliers d’écriture, menés partout où des conditions sociales difficiles ont coupé l’être humain du langage et de sa capacité à penser, cet essai s’attache à montrer comment l’atelier d’écriture, véritable espace démocratique de conquête de soi, peut contribuer à contrer les discours aussi violents que doctrinaires que suscitent une réalité difficile à appréhender. Membre fondateur des ateliers d’écriture de l’Aleph, l’auteur a créé en 2013 l’association « L’Ermitage, Maison de l’Écriture » afin de mettre en place, dans le Sud de la France, un lieu où accueillir tous ceux qui veulent se retirer pour écrire - et se reconstruire.

Chaque instant est pré-texte d’écriture. Des lueurs s’insinuent, dans le jour, dans la nuit. Elle scintillent et s’éteignent si elles ne sont pas fixées. Ce sont des instants neufs, bons à saisir, sur lesquels on peut prendre pied. Ne pas les laisser disparaître sous un emploi du temps ou sous la (...)

L’acte d’écrire reste avant tout un acte très personnel, même si nous avons envie parfois d’être lu. Les ateliers, les sites d’écritures sont en pleine croissance. On peut trouver toutes sortes d’ateliers, de l’apprentissage à l’écriture d’un roman jusqu’aux ateliers thérapeutiques. Interrogation de (...)

Dans « questions d’atelier », je propose d’engager une réflexion autour de problématique d’animation d’ateliers d’écriture. Ce questionnement et les essais de réponses apportées engagent davantage son auteur que l’ensemble de l’association Tisseurs de Mots.
Premier volet : pourquoi désire-t-on faire écrire les autres ?

De l’accompagnement Notre commune posture peut se spécifier en ces termes : tenir un dispositif, organiser un travail en groupe, être le garant de l’un et de l’autre. Nous nous demandons comment permettre l’écriture, sa mise en mouvement. Nous croyons que la place de l’officiant est à travailler. (...)

À travers ses quinze années d’expérience, Philippe Berthaut a élaboré une méthode progressive de conduite d’ateliers d’écriture créative, susceptible d’être reprise par tout un chacun. La chaufferie de la langue présente ces dispositifs pour ateliers d’écriture.

Cet extrait inaugure un nouveau type de textes dans l’anthologie des Tisseurs, il s’agit d’un texte de réflexion sur l’animation d’ateliers d’écriture. Ce passage concerne plus particulièrement les ateliers d’écriture en maisons de retraite.