Stage d’écriture en août pour s’accorder du temps, s’engouffrer dans l’atelier de la langue et se plonger dans un chantier d’écriture personnelle.

Ce qu’on vous offre, c’est du temps, c’est de la concentration, c’est aussi une attention qui vous est donnée, je savais que j’avais deux lecteurs, je savais que je serai lu et c’est déjà quelque chose.
Ian McEwan – entretiens – avec S. Bourmeau (France Culture).

L’esprit

Au fil de nos expérimentations, ce qui nous anime dans la proposition et la conduite des stages d’écriture, c’est la question de la genèse des textes : comment le texte surgit-il ? Comment le nourrir et trouver l’énergie nécessaire à son prolongement, à son creusement ? Où se tenir entre la force d’une direction pressentie et le frémissant déplacement d’un inattendu ? C’est aussi la question de la fabrique de la langue, comment se forge et s’affirme-t-elle ?

Chaque journée de ce stage s’organise sur un même rythme. Le matin est consacré à un temps d’atelier structuré et accompagné par une proposition d’écriture balisée. L’après-midi chacun plonge dans son projet personnel et chemine au fil des jours, sans proposition d’écriture précise.

Chaque jour, dans un mouvement de balancier avec l’écriture, nous prenons le temps de la lecture de notre travail en chantier, nous questionnons ce qui s’y joue. Notre recherche personnelle est alimentée par le travail des autres membres du groupe et les questions qu’il soulève.

Retenir la narration et faire exploser la langue

Chilhac, village de caractère

Pendant ces cinq journées, nous habiterons la posture du chercheur, du chercheur de langue. Reste-t-il des histoires à écrire ? Pas certain. En revanche, il reste des langues à fabriquer, à polir, à pétrir pour donner de la densité, de la force à ces histoires que l’on réécrit sans cesse.

Nous serons chercheurs, nous expérimenterons par tâtonnements et nous connaîtrons doutes, satisfactions, déceptions, découvertes.

Tous les ateliers d’écriture du matin seront des dispositifs expérimentaux. Nourris d’enjeux forts et contraignants, ils inviteront à se forger une langue. Parfois, nous convoquerons la langue d’un-e autre pour inciter à se décaler, à prendre le risque de l’inconnu.

Dates – du lundi 16 août à 9h 30 au vendredi 20 août 2021 à 17 heures.

Lieu  : Chilhac (43) – hébergement possible sur le lieu du stage.

Effectif  : de 5 à 7 participant-es.

Intervenant  : Igor Chirat, de l’association Tisseurs de Mots.

Tarif  : à choisir parmi trois formules…

Ce tarif comprend l’intervention en atelier d’écriture, l’option choisie pour l’hébergement et les petits déjeuners. Il ne comprend pas les autres repas.

Restauration Chacun et chacune des participants prévoit un ou deux repas de la semaine (menus et achats des ingrédients). Les repas sont préparés collectivement selon une planification préalable. Nous pratiquons cette formule depuis plusieurs années et trouvons toujours une solution adaptée à chacun-e, même avec ceux qui ne sont pas à l’aise pour cuisiner.
Fiche inscription stage21

Vous trouvez ci-contre la fiche d’inscription pour ce stage.

A noter… L’association Tisseurs de Mots propose d’autres stages en 2021 :

Informations : Association Tisseurs de Mots – tisseursdemots chez gmail.com – 06 65 91 27 02

Documents à télécharger