« Mais que faire de Vaduz ? Qu’en faire ? Sinon, tourner, tourner autour […] Et faire de Vaduz, ce maxi-village, capitale de ce mini-territoire situé au centre de l’Europe, le Lichtenstein, l’un, sans doute, des plus petits pays du monde, le centre même de notre globe, de notre fichu globe terrestre ! […] Il s’est agi alors de tracer sur une carte du monde, à partir de Vaduz, des cercles d’égale largeur, s’en éloignant en parallèles successives jusqu’à en boucler la surface totale. […] Le travail suivant ayant consisté à inscrire dans chacun des cercles, en partant de Vaduz, cercle après cercle, et à leur emplacement géographique, toutes les ethnies rencontrées au cours de ce parcours circulaire, toutes les ethnies possibles, y vivant là, dans leur spécificité de langue, culture, coutumes, aspirations et singularités… » Sans n’omettre personne. Vraiment personne…

à noter, La Poésie n’est pas une solution spécial Bernard Heidsieck, sur France Culture.

Vos témoignages

  • michelle foliot 20 septembre 2012 20:59

    Forme surprenante, Est-ce pour dire que nous vivons dans des mondes parallèles incapables de communiquer, Est-ce une énumération de communautés indépendantes les unes des autres, Est-ce au contraire, un tout, où chacun respecte la diversité de l’autre, Est-ce une preuve de nos démocraties, de pays sans frontières, du moment que l’on peut les traverser, Cet état, autour duquel tout semble tourner, est-ce le point de ralliement, Faut-il une « référence » ou laisser chaque pays libre de s’identifier, Ce qui est impressionnant c’est l’innombrable quantité de pays qui auraient pû être cités, et dans ce cas, signifier pour chacun d’entre eux son droit d’exister, sans en oublier un seul, Est-ce encore le signe d’une unification des pays, des peuples, des idéaux, On ne peut considérer cette énumération comme anodine mais au contraire significative de nos différences.