Emmanuelle Laurent est animatrice à l’ association Ecrits à Clermont Ferrand.

La proposition


Les textes


Texte de Dominique

La jupe verte.

Ce lin vert, mordoré. La teinte des yeux des chats à l’ombre. La vivacité des champs de colza au soleil. Au toucher doux et rugueux, pas trop lisse, pas trop râpeux.

La forme de la jupe ? Simple, droite, stricte. Stricte boutons fermés : ta mère elle-même n’y trouvera rien à redire. Stricte boutons ouverts : lui-même n’y trouvera rien à redire ni le galbe de tes hanches, ni la ligne de tes jambes. Une jupe pour travailler, une jupe pour danser. Une jupe qui couvre, qui découvre comme tu veux, quant tu veux. L’année de tous les possibles L’année de tout est permis L’année des pourquoi pas ? L’année des viens, on y va ! Un corps de fille, libre enfin. Une jupe de lin, Un peu trop verte, un peu trop longue, un peu trop courte.

Une vie de femme s’étrennait cette année là, dans ce lin vert, mordoré.

(les mots sont des vêtements endormis, donner des vêtements de mots…)


Texte de Marie-Paule

Le jupon

un jupon de colère a frémi sur une barricade un soir de Commune blanc de peur

un jupon de liberté a crié sur les pavés au coin de la rue des fleurs rouges sont tombées sans bruit

un jupon d’espoir a dansé au bord de la Marne à Nogent

il a frôlé le fiancé avant le départ à la gare la fleur au fusil était rouge comme le feu

le jupon du plaisir qui aime et engendre au creux de soi une odeur de lavande profonde et chaude

le jupon de promise, le jupon de l’attente des femmes hors d’haleine et qui chantent en dentelles ou pas

mains blanches ou rougies par les battoirs et l’eau qui passe

le vent transporte leurs espoirs comme des graines de marguerites blanches à effeuiller ou semer près des murs.