L’écriture, c’est le frottement incessant du réel et de la fiction. Ensemble, nous explorerons ce réel au travers du fait divers pour éclairer notre besoin de fictions…

Le fait divers (réel) nous confirme notre besoin de fiction, ou plus exactement notre besoin de nous représenter fictionnellement le monde qui nous entoure.
Frédérique Toudoire-Surlapierre, Le fait divers et ses fictions.

L’esprit

Entre réel et fiction la frontière est infime. L’une se nourrit de l’autre, s’ancre dans les éléments soi-disant irréfutablement observés, matériellement indiscutables, précisément décrits, pour s’élaborer, s’épanouir, se façonner, s’écrire et déborder imperceptiblement du réel. L’autre se lit au travers du filtre des fictions intimes, des mythes reçus, des croyances communément admises.

C’est ce rapport-là, cette fabrication conjointe d’un réel et de ses fictions que nous explorerons au cours de ce stage. Nous chercherons à capter le réel le plus transparent, nous assumerons de prendre parti, nous essaierons de tordre le réel jusqu’à le renverser, jusqu’à mettre en doute les évidences.

Ce chantier d’écriture s’ouvrira sur des explorations qui feront se frotter le réel et la fiction. Puis, nous creuserons l’écriture d’un texte, en l’ancrant sur des partis pris personnels assumés. Chaque jour, on partage tout ou partie de ce qui s’écrit, ainsi, peu à peu se précise la singularité des écritures.

Représenter fictionnellement le monde avec le fait divers

Le fait divers fascine nombre d’auteurs, et pour cause, derrière l’apparence d’un réel irréfutable, il ouvre le champ à de multiples points de vue comme autant de fictions. C’est à partir de cette matière que nous écrirons : les faits divers.

Ces événements se révèlent souvent plus rocambolesques que les histoires que l’on pourrait imaginer. Ils mettent en lumière chez les protagonistes des failles, des folies, des peurs, des courages et nous ramènent à notre humaine condition. Ils contiennent en eux tous les ingrédients d’une fiction pleine de surprises et de rebondissements.

C’est dans cet entre-deux, cet entremêlement, entre éléments matériels concrets et espaces vides et incertains que nous cheminerons en écriture pendant ces journées de stage.

Dates – du lundi 6 juillet à 10 heures au vendredi 10 juillet 2020 à 17 heures.

Lieu – Chilhac (43).

Effectif – de 6 à 12 participant-es.

Intervenant – Igor Chirat, de l’association Tisseurs de Mots.

Tarif – 362 euros + adhésion 2020 à l’association Tisseurs de Mots.
Ce tarif comprend l’intervention en atelier d’écriture, l’hébergement en gîte (chambre de 2 personnes) et les petits déjeuners. Il ne comprend pas les autres repas.

// Attention : pour toute inscription après le 8 juin 2020 nous appliquons une majoration de 20 euros //

Restauration

Chacun et chacune des participants prévoit un ou deux repas de la semaine (menus et achats des ingrédients). Les repas sont préparés collectivement selon une planification préalable. Nous pratiquons cette formule depuis plusieurs années et trouvons toujours une solution adaptée à chacun-e, même avec ceux qui ne sont pas à l’aise pour cuisiner.

A Noter… Tisseurs de Mots organise d’autres stages d’écriture au fil de l’année… Vous pouvez retrouver toutes les informations les concernant en cliquant sur les liens :

- écriture et train, rencontres et instants fugaces, du vendredi 8 au dimanche 10 mai.

- Marche et écriture, arborescence de traces, à l’été 2020, lundi 10 août au samedi 15 août.

- Stage d’écriture longue, goûteur guetteur de langue, à l’été 2020, du lundi 13 juillet au vendredi 17 juillet.

Informations Association Tisseurs de Mots – tisseursdemots chez gmail.com – 06 65 91 27 02  

Fiche inscription réel fiction -  PDF - 378.6 ko
Fiche inscription réel fiction

Vous trouvez ci-contre la fiche d’inscription pour ce stage.

Documents à télécharger