En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme qui nous transporte de la Somalie au Soudan dans une Afrique orientale tour à tour sauvage, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse, Yasmina Khadra confirme une fois encore son immense talent de narrateur…..

La vie est une succession d’ambiguïtés et de bravades. On y apprend tous les jours, et tous les jours on efface son ardoise pour un nouvel exercice. En réalité, il n’y a pas de vérité irréfutable, il n’y a que des certitudes. Lorsque l’une s’avère être infondée, on s’en forge une autre et on s’y verrouille contre vents et marées. La survivance est un naufrage dont le salut repose sur l’entêtement et non sur la providence. Il y a ceux qui abandonnent, et ceux-là sont morts, et d’autres qui revoient leur copie……Me vient à l’esprit l’image du marabout-guerrier agonisant sur son lit de camp, le faciès taillé dans un parchemin. Sa voix chevrotante m’atteint dans un soupir d’outre-tombe. Que me disait-il ? ça me revient ; il disait : « Pour qu’un cœur continue de battre la mesure des défis, il lui faut pomper dans l’échec la sève de sa survivance ».

Extrait p 287/288