C’est un tout petit livre à la couverture bleu, si petit qu’on a presque du mal à le tenir entre nos mains. On l’ouvre et là, c’est la surprise. Le titre : « 1 jour », se répète sur la page presque nue, on dirait qu’il se répète à l’infini. Quelques pages et pourtant très vite les phrases de ce livre nous entêtent pour ne plus nous quitter. Elles nous accompagnent littéralement. Cette vie c’est notre vie. Ces jours qui défilent au fil des pages, ce sont les nôtres, dans leur rudesse, dans leur évidente simplicité et leur justesse, dans leur quotidien et leur causticité. Liminaire

1 jour il dit des choses compliquées

1 jour il met du charbon dans la chaudière

1 jour il monte les escaliers

1 jour il m’achète des dictionnaires

1 jour il revient sur la discussion

1 jour il fout le camp pendant la noce

1 jour il me fait 1 laïus sur les vitamines A, B, C, D

1 jour il essaie son patois avec 1 voisin

1 jour je repousse sa main dans la voiture

1 jour il trifouille avec ses bobines de ficelles

Charles Pennequin : 1 jour, éditions Derrière la salle de bain, 2003, pages 12 à 15.

Vos témoignages

  • michelle FOLIOT 11 octobre 2014 14:02

    Cela paraît tellement simple,ces petites choses qui font chaque jour. Ce qui se cache derrière ce court texte allégé, c’est une forme d’état de sagesse, de détachement qui anticipe l’acte d’écriture, celle qui fait abstraction de toute préoccupations ordinaires mais nécessaires, qui rend les choses « insignifiantes » pour faire place à l’écriture « intérieure ».