Eloigné de circuits de diffusion et de distribution traditionnels, pré # carré propose à ses lecteurs, depuis ses débuts, de recevoir les publications dans leur boîte à lettre. Cinq fois par an, à chaque saison, une enveloppe vous est envoyée, contenant le livret de saison, et bien souvent d’autres objets-livres. Pour en savoir plus sur les éditions pré#carré, il est possible de voyager sur le site de la maison.

Parmi les nombreux livrets des éditions pré#carré, le désir de donner à lire deux extraits de textes, deux voix… choix arbitraire évidemment, partial aussi, deux coups de cœur.

***

5. peu à peu

à l’affût à l’écoute peu à peu à l’orée des lèvres au bord de l’abîme où flotte le poème

peu à peu dans les labyrinthes du chant

vous êtes là vous étiez déjà là

vous les parleuses vous les voix basses voix retenues voix interdites

vous étiez déjà là dans le berceau de mes oreilles

comme un chant de groseilles pressées contre les lèvres

(…)

14. peu à peu le monde est venu sur les lèvres venu des mots du dedans venu des mots du dehors les lèvres sont lisières clairières orée de la forêt des mots

peu à peu le monde est venu visage et d’autres visages (et le verbe embrasser est revenu du brasier du monde)

Michaël Glück : plus tard, encore, pré#carré n°75, décembre 2012

***

Chacun ici se tient dans cette disparition de soi du vent

chacun ici dans ce bruit qui s’en va

chacun ici passé

dans la brutalité

traversé par le dehors blanc dedans

ni mer ni sol ni rien que son seul encombrement

tandis que les autres là-bas

de chaque côté

du silence

tout paraît soudain

si ramassé

si joint

temps démoli

ciel en panne

on dirait de la vie à l’état pur

Ludovic Degroote : sans se retourner, pré#carré n°14, décembre 2000.