Morro Bay : une obsession nourrie depuis des années par la chanson de Lloyd Cole. La Californie : le pays mythique qui a marqué une génération.

« Et rester vivant » raconte ce voyage initiatique. Entre fous rires et douleur. Découvertes, rencontres et retours sur le passé. Pour la première fois, Jean-Philippe Blondel se raconte. On retrouve sa douceur ; on découvre son incroyable capacité de résistance. Et ce texte, qui fait définitivement le deuil, rend surtout un véritable hommage à la vie.

Le roman se lit d’une traite, on est comme pris dans un cyclone qui ne nous lâche pas avant les dernières lignes.

Posté dans littérature française, romans contemporains par Eliza

Je suis en lutte perpétuelle. Je marche écartelé sur la ligne rouge qui sépare la marge de la page. Je m’y maintiens en équilibre. J’étends les bras. Mes pas sont encore mal assurés. Le vent menace à tout moment de me faire basculer. Je suis là-haut, tout là-haut. Je suis un funambule. Je serre les dents. Je sais qu’il faut que je m’habitue au danger. Je resterai sur cette ligne le reste de mon existence. Je dois la transformer en antre, en grotte, en caverne. L’embellir. C’est ma maison. C’est ma maison.

page 194

J’écris des romans. Au début, c’était autant de planches de survie pour laisser les couleurs vivre encore. Quand les couleurs se sont stabilisées, j’ai créé les chemins que je n’avais pas parcourus. Je les dessine encore mentalement. C’est mon alphabet cabalistique. Je m’invente des dizaines d’identités. Je me place devant des dilemmes. Je résous mes équations. J’apprends à m’apprécier. C’est long.

page 244

Vos témoignages

  • 20 avril 2014 17:41

    C’est une piste…écrire pour rester vivant…une vraie piste.