(…) Pour rejoindre la ligne D, Mathilde emprunte depuis huit ans la longue galerie qui passe en dessous de la gare, où se croisent chaque jour quelques milliers de personnes : deux colonnes d’insectes, déversées par vagues sur les dalles glissantes, une voie rapide à double sens dont il faut respecter le rythme, la cadence. Les corps se frôlent, s’évitent, parfois se heurtent, dans une étrange chorégraphie. Ici s’opère un vaste échange entre le dedans et le dehors, entre la ville et sa banlieue. Ici, on est pressé, on marche vite, on va à son travail, madame. Avant, Mathilde faisait partie des plus rapides, elle déboîtait sur la gauche, doublait d’un pas sûr et conquérant. Avant, elle s’agaçait quand le flot ralentissait, pestait contre les lents. Aujourd’hui, elle leur ressemble, elle sent bien qu’elle n’est plus capable de suivre le rythme, elle traîne, elle n’a plus d’énergie. Elle plie.