Pour l’ensemble des raisons, privées et publiques, que je viens de citer, et pour d’autres que je développerai ultérieurement, j’ai décidé de m’engager dans la tâche mégalomaniaque et sans doute impossible de réfuter point par point votre philosophie. Et à qui d’autre que vous pourrais-je adresser ma dissertation, vous qui ne cessâtes d’encourager les hommes à penser librement et à foutre en l’air le fatras des mandarins et toutes leurs mandarinades ? C’est donc en m’inspirant, Monsieur Descartes, de votre exemple, que je vous déclare, bien que la sachant par avance perdue, la guerre.