Parce que nos besoins sont nos petits rêves quotidiens. Ce sont nos petites choses à faire, qui nous projettent à demain, à après-demain, dans le futur ; ces petits riens qu’on achètera la semaine prochaine et qui nous permettent de penser que la semaine prochaine, on sera encore vivants. ( … ) On remplit les armoires lentement, les tiroirs un à un. On passe une vie à remplir une maison ; et quand elle est pleine, on casse les choses pour pouvoir les remplacer, pour avoir quelque chose à faire le lendemain. On va même jusqu’à casser son couple pour se projeter dans une autre histoire, un autre futur, une autre maison .

Vos témoignages

  • michelle foliot 5 février 2013 10:29

    Une attitude franche est préférable à une attitude hypocrite. Restons simples.

  • veronik 4 février 2013 19:57

    Ça fait bien envie ce petit livre Anne Cécile ! J’ai failli en acheter un vendredi, tu sais le genre je suis debout dans la librairie, le rouge me monte aux joues, la fièvre me prend, je le fais, je le fais pas, je suis une égoïste, tu peux l’avoir en bibliothèque, oui, mais je trouverai peut-être un atelier dedans, mais non, ce n’est pas possible, je le repose avec un soupir….pfff…Je m’en suis remise depuis. ;-)

    • attends Véronik, je vais encore plus te faire envie ! j’ai assisté au concert de stephan eicher hier soir à saint-étienne concert intimiste comme j’aime, j’aurais pu le toucher ! tu viens samedi à Brioude ? je t’amène Grégoire !

      • la liste de mes envies, Grégoire Delacourt 13 février 2013 18:03, par VL

        J’ai beaucoup aimé ce livre. Le style est simple et ça nous touche profondément sur un tas de sujets très personnels. Je ne connais pas l’écrivain mais je trouve qu’il a su entrer dans la tête et le corps d’une femme avec une grande sensibilité. Merci encore Anne.Cécile