Et pour finir notre cycle des quatre saisons… une petite ode à l’hiver et sa beauté. Un clin d’œil à la chaleur du cœur de nos divers personnages.

Vous l’aurez compris l’écriture poétique est bienvenue…

Un courant d’air, la porte ouverte à la poésie pour apprivoiser la nouvelle année.

« lèvres gercées le souffle de la brise s’insinue suit un sentier jusqu’au ventre d’humus tortille ,rampe, trouve sa place et se tapit à l’abri des tempêtes

il s’assagit et dort, paupieres bistres près des crocus violets attend un matin tiède comme une eau verte qui ruisselle joyeuse et croque les cailloux . »

Jacques Poullaouec.

Vous pouvez nous transmettre votre texte à l’adresse suivante : tisseursdemots chez hotmail.fr… il viendra rejoindre les autres… Bel hiver !