Le printemps de LM L’été de LM L’automne de LM

Pile
 
Marcher
la corde lourde scie l’épaule
L’arbre grand choisit avant
La nuit sans lune
La douceur d’un air.
 
Une nuit d’été, comme je les aime
Le froid à l’intérieur
 
En un instant, un moment
Qui semble long, en apesanteur
Je suis mort.
 
Est ce que je suis sortit de mon corps ?
Est ce Dieu, la lumière, le flamboiement ?
 
Est ce que je vois
Les gens s’inquiéter
Les flics me chercher
Les chiens me trouver
Mes amis hurler ?
 
Et toi ?
cherche dans le ciel
compte les étoiles
vois, si une de plus…
 
Le pourquoi
le pourquoi
le pourquoi
 
Puisque
je vous aime.