Le printemps de LM L’été de LM

Je greffe, je taille De la terre monte le parfum Noire

Sur le noir le feuillage multicolore de la mort et retourne à la terre.

Se tailler les veines Se greffer un cœur ?

Un cœur qui ne se poserait aucune question.

Aucune lumière d’automne au fond de mon compost intérieur du fumier rien que du fumier.

J’essaie de vivre d’engranger l’amour qu’on me porte de le rendre possible.

Mais dans la figue ou le raisin apparaît la moisissure la colère et le chagrin.

Et si tu ? Et si je ? La vie ne peut se faire en si. La mort peut se faire là.

Face ou pile.